Il est indéniable que l’alphabet tifinaghe tire sa légitimité de sa dimension historique et identitaire. C’est par ce caractère qu’a été, depuis des millénaires, transcrit le libyque, ancêtre de l’amazighe. Présent dans divers aspects des civilisations marocaine et africaine de façon générale, tifinaghe a connu plusieurs évolutions qui en ont fait un véritable système graphique.

En conséquence, l’institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) a opté pour le tifinaghe pour la notation de la langue amazighe du fait qu’il est profondément enraciné dans la mémoire historique collective et le mieux approprié techniquement. Le 10 février 2003, sa Majesté le roi Mohamed VI a approuvé l’option proposée par le Conseil d’Administration de l’IRCAM.

Eu égard à l’importance de cet événement, cette date est devenue un rendez-vous incontournable que célèbre l’IRCAM chaque année. C’est l’occasion de rappeler le développement qu’a connu la graphie tifinaghe, de mettre en valeur ses spécificités artistique, historique et pédagogique et de faire connaître les efforts qui ont été déployés pour sa diffusion et son implantation.

La commémoration du 13ème anniversaire de l’officialisation de la graphie tifinaghe revêt, cette année, un caractère hautement symbolique étant donné le contexte politique actuel marqué par le débat autour des lois organiques relatives à la mise en œuvre de l’officialisation de la langue amazighe et de la création du Conseil National des Langues et de la Culture Marocaine.